17/06/2015

Le Professeur Joyeux

Prenez connaissance de la lettre du Professeur Joyeux :
http://www.professeur-joyeux.com/

Quand la plupart des gens disent : oui mais tout ça, c'est n'importe quoi. Après tout, on doit bien mourir de quelque chose, et puis s'alimenter sainement ça coûte cher, et je n'ai pas le temps, etc...etc...Bref tous les arguments sont bons....Mais quoi qu'il en soit, il ne s'agit pas uniquement de cela, il s'agit de se dire que nous nous mordons nous même la queue car lorsque la terre sera totalement pourrie, que ferons-nous ? Ou plutôt que fera notre descendance mais cela, personne n'y pense et tout le monde s'enfout ! Quelle terre allons-nous laisser aux prochaines générations quand nous aurons tout saccagé ??? Que faisons-nous à la terre ???? Car en achetant les produits industriels en toute bonne foi, c'est ce que nous faisons, nous SACCAGEONS !!!!! Encore, encore et encore !!!!
Personnellement, mes rentrées sont minces et pourtant je privilégie le BIO mais pas le BIO industriel....oui c'est vrai, je ne fume pas, je ne bois pas d'alcool chaque jour (un petit vin bio de temps en temps) et je ne prends pas de vacances démesurées (notre pays est si beau)....c'est bien sûr un choix de vie et je n'oblige personne à faire pareil mais surtout ce que je veux dire c'est que C'EST POSSIBLE en revoyant ses priorités....Je préfère payer plus cher mes pâtes, mes légumes, ma viande etc....et ne pas dépenser à la pharma ou chez le médecin car comme disait Hippocrate, TON ALIMENT SERA TON MEDICAMENT...et c'est tellement vrai....En toute logique, c'est une évidence...si vous arrosez votre plante avec du pétrole ou des pesticides combien de temps vivra-t-elle ?????
Bref, j'avoue être assez exaspérée quand je constate le comportement irresponsable de beaucoup. Oui, c'est mon coup de gueule....je ne dirais pas que je pourrais jusqu'à aller me disputer mais j'avoue que j'ai du mal....je prends sur moi et finalement prendre sur soi n'est pas très bon pour la santé non plus...donc à ceux qui n'ont pas encore intégré que c'est une question de bon sens....je vous dis.... BOUGEZ VOUS !!!!!!
A bon entendeur !!!!

La lettre du Professeur Joyeux

Ni “cons-sommateurs”, ni cobayes [1]
Notre civilisation est à un tournant

Deux choix sont possibles en matière de consommation quand il s’agit de s’alimenter.

Celui des aliments issus de l’industrialisation à outrance avec l’agriculture productiviste qui produit pas cher avec des rendements énormes.

Celui des aliments issus d’une agriculture progressivement raisonnable évoluant vers le bio, la biodynamie, produisant plus cher avec des rendements faibles.

Si je ne vous en dis pas plus, il est fort probable que beaucoup d’entre vous optiez pour le premier choix.

Pourtant, des différences essentielles apparaissent chaque jour plus nettement. Elles concernent d’abord les moyens mis en œuvre.

Le premier choix a besoin d’une mécanisation intensive et crée peu d’emplois. Le laboureur est soit masqué et casqué, soit dans une cabine isolée (parce qu’il ne veut pas respirer ce qu’il donne à la terre), climatisée, informatisée, avec une machine qui marchera bientôt sans pilote. C’est le progrès me direz-vous.

Le deuxième choix crée des emplois qu’il faut bien rémunérer, ce qui se répercute logiquement sur le produit fini. L’idéal est de le vendre à proximité pour éviter les nombreux intermédiaires qui prennent leur pourcentage au passage. C’est archaïque, me direz-vous.

Curieusement, les super et hypermarchés développent des rayons BIO, mais il est difficile de les conseiller quand on voit des miels bio de Chine ou des figues bio de Turquie achetés à des prix défiants toute concurrence, et dont la qualité bio est surtout sur l’étiquette…

Une grande différence est que l’agriculture productiviste utilise des phytosanitaires qui ne sont autres que des chemicals, des produits chimiques, pesticides-insecticides-fungicides dangereux pour la santé humaine. Evidemment, les industriels ne vous le diront pas, ils vous diront même l’inverse en affirmant que le choix N°1 est la seule façon de réduire la faim dans le monde. Belle générosité si elle n’était pas orientée d’abord vers leurs poches, avec l’aide de la bourse.

On se moque de nous en prenant les consommateurs pour des cobayes. Les scientifiques se réveillent quand ils ont vraiment la parole libre.

C’est le cas de nombreux ingénieurs agronomes arrivés à la retraite, comme j’ai pu le constater après le Grenelle de l’Environnement auquel j’ai participé.

Mon collègue britannique le Pr. John Beddington (nous avons le même âge), spécialiste de la gestion des ressources naturelles et « conseiller scientifique en chef » du gouvernement Anglais, a sonné le tocsin.

Dans un discours officiel [2] il estimait :

« le monde, sans de profonds et rapides changements de comportements individuels et collectifs, va vers un collapsus écologique et économique global qu'il compare à un ouragan parfait (économique, social et environnemental), qui se concré tisera vers 2030, donc dans 15 ans. Ce scénario associe conjointement une crise alimentaire, sanitaire et sociale, une crise énergétique et une crise écologique majeure caractérisées par un effondrement brutal des écosystèmes, à l'échelle de la biosphère, c'est-à-dire de la planète toute entière, et dépassant les capacités de résilience écologique de la biosphère (à court, moyen ou long terme). »

Il ajoute :

« Cette situation explosive représente la plus grande menace pour la stabilité et la paix mondiale qui ait jamais existé. Des centaines de millions d’hommes et de femmes vivent dans les régions les plus exposées et n’auront pas d’autre choix que de partir pour tenter de survivre ailleurs. Les sources de conflits, d’épidémies, de guerres seront innombrables… et jusqu’à présent l’humanité n’a encore jamais apporté la preuve qu’elle savait gérer ce genre de situation.»

Que faire ? Attendre 15 ans les bras croisés ou réveiller les consommateurs exploités ? Attendre de voir plus de cancers chez des sujets jeunes – c’est le cas déjà aujourd’hui – en annonçant aux familles qu’on ne connaît pas les causes et qu’on les cherche sans les chercher vraiment ?

Avec le tout-génétique, on a voulu faire mieux que la nature et cela dans tous les domaines de l’humain [3]. La déconstruction de tous les modèles rationnels qui consiste à tout détruire, pensée par les philosophes brillants – Dérida, Foucault, Deleuze et bien d’autres – perturbés dans leur vie intime, obsédés par la mort, valorisés par des médias philosophiquement incompétents pour suivre la mode, conduit l’humanité au suicide.

Les pesticides de Monsanto et autres lobbies [4] très puissants ravagent notre santé et notre planète
Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) basé à Lyon, agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), vient enfin de classer cinq pesticides dont le fameux Roundup, via son principe actif le glyphosate, comme cancérogènes « probables » ou « possibles ».

La prudence exige de minimiser les risques puisque ces produits sont largement utilisés et répandus dans les environnements agricoles.

On qualifie de probable et de possible quand c’est certain. Pour ne « pas faire peur ».

« Le glyphosate, présent notamment dans le Roundup, est classé cancérogène “probable chez l’homme” (groupe 2A), même si “les preuves sont limitées” en ce qui concerne la survenue d’un lymphome non Hodgkinien ou d’un cancer de la prostate », souligne le CIRC.

Les études d’exposition des agriculteurs menées aux États-Unis, au Canada ou en Suède, publiées depuis 2001, sont enfin suffisantes pour modifier la classification, établie en 1991, où le Roundup a été sorti de la catégorie des cancérogènes pour l’homme (en 1985, une première évaluation l’avait placé dans les « cancérogènes possibles »). Il fallait attendre des catastrophes de santé pour oser le dire !

La production et la vente de Roundup ont explosé depuis l’introduction de cultures génétiquement modifiées (AGM = Aliments génétiquement modifiés [5]).

En plus de l’agriculture, ce produit fortement toxique est utilisé dans les forêts et chez les particuliers dans leur jardin pour qu’ils n’aient pas à se baisser pour supprimer quelques mauvaises herbes.

Le glyphosate a été retrouvé dans l’air, dans l’eau et dans la nourriture, selon le CIRC qui précise que la population est notamment exposée lorsqu’elle habite à côté de zones traitées, même si les niveaux d’exposition observés sont « généralement bas ».

Cette nouvelle classification prend aussi en compte des études expérimentales chez l’animal. Le Roundup est le « désherbant le plus utilisé au monde », souligne l’association Générations futures qui se félicite de cette évaluation « qui reconnaît la dangerosité avérée du glyphosate ».

Les quatre autres sont les insecticides tels que le malathion, le diazinon, le tetrachlorvinphos et le parathion. Les deux premiers sont classés dans le groupe 2A des cancérogènes probables avec, comme pour le glyphosate, des « preuves limitées » dans la survenue des lymphomes non hodgkiniens et des cancers de la prostate pour le premier, du poumon pour le second.

Les insecticides tetrachlorvinphos et parathion, qui font déjà l’objet d’interdictions ou de restrictions dans de nombreux pays, ont été classés dans le groupe 2B des cancérogènes « possibles » au vu des données chez l’animal.

Fin mars de cette année, la revue très reconnue Human Reproduction [6] affirmait que les pesticides réduisent de plus de 50 % le nombre de spermatozoïdes (86 millions par éjaculat contre 171 millions).

Tout ceci vient enrichir la longue liste des produits démontrés dangereux pour notre santé :

La saccharine, édulcorant artificiel, officiellement cancérogène pour la vessie qui a été largement et longuement utilisée dans les sodas et cocas light.

Les PCB (polychlorobiphényles) fluides de refroidissement pour les transformateurs électriques, les condensateurs et les moteurs électriques, vrais cancérogènes chez les animaux et l’homme, des maladies du foie, des troubles neurologiques, (l’autisme) et le cancer.

Le polystyrène, largement utilisé dans les emballages alimentaires dont la production génère d’énormes déchets.

Le DDT, l’insecticide pour lutter contre les moustiques vecteurs du paludisme, perturbateur endocrinien interdit dans tous les États-Unis.

La dioxine, l’un des précurseurs de l’agent Orange s’accumule dans la chaîne alimentaire, principalement dans les tissus adipeux des animaux et des hommes.

L’Agent Orange, herbicide défoliant largement utilisé pendant la guerre du Vietnam (400 000 personnes tuées ou mutilées, 500 000 enfants nés avec malformation et impact sur la santé de 3 millions de soldats américains et leurs familles). La formule de Monsanto avait des niveaux de dioxine bien supérieurs à l’Agent Orange produit par Dow Chemicals, l’autre fabricant.

L’engrais à base de pétrole, qui tue les micro-organismes bénéfiques à la terre.

Le Roundup, herbicide puissant qui éradique les mauvaises herbes du jour au lendemain, rapidement adopté par les agriculteurs qui réduisaient ainsi leur main-d’œuvre trop coûteuse.

L’utilisation a augmenté quand Monsanto a introduit le « Roundup Ready» (résistant au glyphosate) pour les cultures, permettant aux agriculteurs de saturer tout le champ en désherbant sans tuer les cultures. Il est retrouvé dans les nappes phréatiques, les sols, les cours d’eau et même l’air et de plus en plus dans les aliments. Il a largement tué les papillons et de très nombreux cheptels d’abeilles.

L’aspartame, commercialisé sous le nom de NutraSweet, faux sucre dangereux à la longue pour les reins, le foie et même le cerveau, fortement présent dans tous les produits dits light.

L’hormone bovine de croissance (rBGH = Somatotropin = Hormone de croissance), injectée aux vaches laitières dopées pour produire plus de lait. Ainsi elles développent des pis gonflés, des mammites dont le pus se mélange au lait, imposant l’utilisation des antibiotiques. Les laits contenant les rBGH sont largement suspectés d’être en cause, chez l’humain, dans l’apparition de cancers du sein, de la prostate et du côlon.

Les cultures/OGM génétiquement modifiés, avec les graines conçues pour résister au Roundup.

Monsanto attaque évidemment toutes les études scientifiques en inondant – jamais gratuitement – les médias avec des demandes reconventionnelles d’organismes « indépendants », des scientifiques, des associations industrielles, des blogs, des médias sociaux parrainés, et des articles d’entreprises de relations publiques « privées » toutes créées, financées et dirigées par la multinationale [7].

J’ai été fort étonné de voir récemment la Ligue contre le Cancer valoriser les pesticides pour la santé. Je m’interroge quant à l’origine de tels écrits pour une organisation très riche qui en est encore au tabac et à l’alcool parmi les facteurs de risques de cancer.

Les semences Terminator, destinées à produire des graines stériles, ce qui impose d’en racheter chaque année. Cette semence n’est pas vendue sur le marché, mais Monsanto demande aux agriculteurs de signer un contrat pour ne pas conserver ou vendre les semences d’une année sur l’autre, ce qui les oblige à acheter de nouvelles semences.

Selon Organic Consumers Association :

« Il y a une corrélation directe entre notre approvisionnement en produits génétiquement modifiés et les 2 milliards de dollars que les États-Unis dépensent chaque année pour les soins médicaux, à savoir une épidémie de maladies chroniques liées à l’alimentation.

À la place des fruits, légumes, graines et animaux nourris à l’herbe bons pour la santé, les élevages industriels américains et les transformateurs alimentaires produisent une surabondance de malbouffe génétiquement modifiée qui provoque des maladies cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, le diabète et le cancer, soutenus par des subventions d’Etat, tandis que les agriculteurs biologiques ne reçoivent pas de telles subventions. »

La science manipulée n’est pas synonyme de bien commun, sauf pour les lobbies milliardaires, aux dépens d’une population manipulée, exploitée.

L’excellent film produit en France par Jupiter La Santé dans l’assiette [8] doit entrer dans toutes les familles. J’ai plusieurs fois animé des soirées après la projection de ce film et me suis rendu compte de l’impact majeur des informations qu’il apporte.

Il est urgent de trouver des solutions alternatives écologiques et de santé
Ces solutions existent. Elles sont créatrices d’emplois pour les jeunes, qui resteront en bonne santé. De plus en plus de jeunes couples s’installent et développent des produits d’une agriculture menée de manière écologique, biologique, biodynamique et développent de plus en plus la permaculture [9].

Ils mettent leurs produits sur les marchés de proximité, créent des contacts fructueux en termes humains et économiques.

Annonce spéciale de Jean-Marc Dupuis de Santé Nature Innovation : 
Le pouvoir des plantes

Contre les agressions du quotidien, les plantes apaisent, soignent, soulagent. Les traditions ancestrales sont validées par la recherche scientifique et de nouvelles vertus sont découvertes chaque jour... rendez-vous ici pour en savoir plus.

Nul doute que nous ne pouvons plus nous laisser faire et manipuler par des exploiteurs qui pénètrent le monde des décideurs politiques dans les ministères, des représentants que nous avons élus de gauche comme de droite, à Paris et de plus en plus à Bruxelles. Ils ne sont pas au service du bien commun, de la collectivité.

Informer de plus en plus et de mieux en mieux, en organisant des journées spécifiques comme celle du 27 septembre prochainwww.transitioncitoyenne.org ou la journée Européenne d'action le 11 octobre www.collectifstoptafta.org devient une nécessité.

Ecoutez aussi mon excellent collègue de l’université de Caen, le Pr Gilles-Eric Séralini dans l'émission La tête au carré sur France Inter : « OGM, pesticides et poisons cachés »

L'étude du CRIIGEN qu’il a menée, publiée en janvier 2014, précise que le Roundup en tant que tel n'a jamais été évalué avec ses adjuvants qui le rendent des centaines de fois plus nocif que sa substance active le glyphosate. Donc, si le glyphosate est maintenant considéré comme “cancérigène”, qu'est-ce que cela doit être pour le Roundup ? Ceci sans parler des effets cumulatifs et des effets cocktails qui, évidemment, ne sont pas évalués [10].

Consommateurs, pas cobayes !
Nous voulons la transparence concernant les OGM et AGM, que les produits soient étiquetés clairement et pas en caractères illisibles sans une loupe qui devrait être exigée à l’entrée des supermarchés.

Faudra-t-il confier l’enquête à Médiapart ? Pourquoi pas !

J’ai signé la pétition « Consommateurs pas cobayes ! ». Nous sommes déjà 150 000 mais devrions être des centaines de milliers, aller jusqu’au million de signataires. La campagne continue surwww.consommateurspascobayes.com

Agir ensemble et autour de soi est devenu déterminant pour l’avenir ! 
Mes prochaines conférences sur ces sujets auront lieu à Toulon et Nice respectivement, les 4 et 5 juin prochain.

Sur mon site www.professeur-joyeux.com tout est indiqué.

Professeur Henri Joyeux

Sources :

[1] « Consommateurs pas cobayes ! » campagne-pétition pour un moratoire sur l’importation des OGM et du Roundup en application du principe de précaution, en cours d’étude à la Direction Générale de la Prévention des Risques au Ministère de l’Ecologie – à lire et signer surwww.consommateurspascobayes.com

[2] Devant des ONG environnementales et des responsables politiques en mars 2009

[3] Je viens de terminer la lecture du livre posthume du grand philosophe Jean François Mattéi « L’Homme dévasté » et je lis en ce moment celui d’un autre grand philosophe, Rémi Brague « Le Règne de l’Homme – Genèse et échec du projet moderne ». Ils feront l’objet d’une prochaine lettre.

[4] Monsanto aux USA, Syngenta AG en Suisse, Bayer Cropscience en Allemagne, Dow chemical USA et France avec sa filiale Agrosciences, DuPont de Nemours en France avec sa filiale Pioneer Hi-Bred International , Cargill USA et France, Glencore International AngloSuisse, Bunge aux USA, Limagrain en France et BASF en France.

[5] En 2015, 46 variétés de plantes transgéniques sont autorisées dans l’Union européenne pour l’alimentation humaine et animale, dont 26 variétés de maïs. Au total, le Colza résistant aux pesticides, le blé, le soja, la canne à sucre, le maïs insecticide (Bt–corn), le coton, le riz d’or chargé en vitamine A sans réfléchir aux surcharges en vitamine A délétères pour le foie, les tomates de longue durée contenant des gènes résistants aux antibiotiques qui peuvent se transmettre à l’homme. On nous prépare fraises, ananas, poivrons et bananes génétiquement modifiés pour qu’ils restent frais plus longtemps et sans goût.

[6] Is dietary pesticide exposure related to semen quality ? Positive evidence from men attending a fertility clinic, Hagai Levine and Shanna H. Swan

[7] Nombre de vice-présidents et de conseillers juridiques de Monsanto occupent actuellement des postes à la FDA. Clarence Thomas, ancien avocat de Monsanto, maintenant juge à la Cour suprême, statue en faveur de Monsanto dans chaque affaire portée devant lui.

[8] La santé dans l'assiette est un film de Lee Fulkerson avec Caldwell Esselstyn, T. Colin Campbell. Bande-annonce VF - AlloCiné -

[9] Elle se définit comme « un art de vivre qui associe l'art de cultiver la terre pour la rendre fertile indéfiniment avec l'art d'aménager le territoire. Elle n'est pas un mode de pensée mais un mode d'agir qui prend en considération la biodiversité des écosystèmes »

[10] Bio consomacteurs provence

Écrit par "La Lumière - Vouloir c'est d'abord accepter"-Tous droits réservés-Toutes sources sont citées" dans Bien-être et Santé, Section BIO et Naturelle | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

Le Bio, Le Bio et encore Le Bio ;-)

Au début et encore maintenant d'ailleurs de ma manière de m'alimenter Bio et de nourrir mon fils de la même façon , j'entends encore les ricanements et les sourires en coin....elle est gentille hein !!!!
Néanmoins, je me réjouis d'avoir fait ce choix...(merci Maman)....car même si la terre est polluée, même si les pesticides et autres saloperies sont partout, il n'en reste pas moins que l'alimentation Biologique est bien moins infestée....Il y a Bio et Bio ...tout le Bio n'est pas à mettre dans le même panier....il y a Bio local et autres....C'est comme dans tout, il y a le bon et le moins bon....Pour ce qui est du prix...oui cela peut être un peu plus cher mais au moins avec mon fils, nous mangeons de la nourriture tout simplement et non des adjuvants, de l'eau, des pesticides, des additifs....Alors oui finalement qui y gagne, nous ou eux ??? D'autre part enrichir ceux qui nous prescrive après les médocs pour se soigner de la saloperie qu'ils nous ont fait avaler...il faut tout de même pas exagérer....Reste à faire des choix, des priorités...je ne bois pas, je ne fume pas, je ne fais pas de folie et puis pour bien manger de quoi avons-nous besoin ???....des légumes, des fruits, des protéines...voyez vos armoires....tout ce qu'elles contiennent est-ce bien nécessaire ? Et puis, en Bio on peut aussi se faire plaisir, ce n'est pas triste le Bio..au contraire, que de découvertes...Toute façon, dès que l'on sort du troupeau, on part à l'aventure et c'est la Liberté...C'est toute une réorganisation, mais qui veut peut.
Cela fait 11 ans que j'y suis et je compte bien y rester émoticône heart

http://www.greenpeace.org/belgium/fr/vous-informer/agriculture/blog/les-pommes-de-nos-supermarchs-contiennent-un-/blog/54506/ 

Écrit par "La Lumière - Vouloir c'est d'abord accepter"-Tous droits réservés-Toutes sources sont citées" dans Bien-être et Santé, Endroits à découvrir, Liens à visiter, Section BIO et Naturelle | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

25/06/2014

Préférer le Bio sans hésiter !

PRENEZ LE TEMPS DE LIRE CECI, VOUS EN SORTIREZ GRANDIS....CAR PRENDRE SOIN DE SOI ET DE NOTRE TERRE EST PLUS IMPORTANT QUE TOUT !   


source Institut pour la Protection de la Santé Naturelle



Manger bio réduit votre exposition aux pesticides de 90 %

Depuis quelque temps, il est de bon ton dans les médias de remettre en question l’agriculture biologique. Par exemple, le 22 février 2013, le Figaro Magazine avait proposé un dossier peu convaincant intitulé « La vérité sur le bio » qui prétendait que le bio n’était pas meilleur pour la santé. 

Plus intéressante, la critique proposée par Arte [1] sur le bio business montre que tout n’est pas merveilleux dans le monde de l’agriculture biologique et qu’il est temps que les pouvoirs publics se penchent sur la question. 

Mais avant de vous en dire plus sur le sujet, j’aimerais rappeler l’essentiel : manger bio est bon pour la santé, notamment parce que cela réduit votre exposition aux pesticides. 

Des taux de pesticides dans les urines qui chutent de 90 %
Ce fait est connu depuis un moment : une étude de 2006 [2] de l’Université de Washington (citée par David Servan-Schreiber dans son excellent livre Anticancer [3], p.155) a été menée auprès de 23 enfants à qui l’on a proposé d’adopter une alimentation biologique. Au bout de quelques jours, toute trace de pesticides avait disparu de leurs urines. Ces traces sont rapidement réapparues au niveau initial lorsqu’ils sont repassés à une alimentation classique. 

Cette hypothèse est régulièrement confirmée par des études un peu partout dans le monde, la plus récente étant sur le point d’être publiée dans la revue Environmental Research [4] : des chercheurs australiens ont montré que le niveau de pesticides dans les urines d’une population d’enfants, très exposée, pouvait chuter en une semaine de près de 90 %. 

Face à ces études, la réaction a longtemps été la même : les pesticides n’étaient pas dangereux pour la santé. 

Les pesticides tuent les agriculteurs et leurs familles
Désormais, c’est officiel : on sait que cette affirmation est fausse. Chez les agriculteurs, qui sont en contact direct avec les pesticides chimiques épandus dans les champs, les dégâts sont évidents. Le 13 juin dernier, l’INSERM a publié les résultats d’une expertise collective, menée par ses équipes [5], qui a passé en revue la littérature scientifique internationale de ces 30 dernières années sur les pesticides. Selon les chercheurs, le lien entre certaines maladies (différents cancers, maladie de Parkinson, problèmes hormonaux) et l’exposition aux pesticides est établi. 

Sur le terrain, il y a longtemps que les agriculteurs en sont convaincus. Leur situation dramatique a été présentée dans un documentaire de France 2 au titre évocateur : « La mort est dans le pré » [6]. Pendant des années, de nombreux agriculteurs ont utilisé les substances chimiques sans se protéger. Yannick Chenet et Frédérick Ferrand, viticulteurs tous les deux, en sont morts. Leurs familles ont traduit en justice Monsanto, un des géants de l’agro-industrie qui fabrique notamment des herbicides, et ont gagné leur procès [7]. 

Cette décision historique est encourageante. Mais le monde agricole est-il prêt à changer de méthodes ? Les agriculteurs aujourd’hui parlent d’agriculture raisonnée et ont appris à se protéger lorsqu’ils déversent des produits toxiques dans leurs champs. Est-ce cela le changement ? 

Et les autres ? La population ? Les consommateurs ?
Lorsque ont lieu les épandages de pesticides, de grands nuages de fumée chimique se forment. Les habitants en zone rurale, notamment dans les pays de vignoble, y sont directement exposés. Qui s’en soucie ? 

En Bourgogne, comme l’a rappelé Emmanuel Giboulot lors de son procès, les épandages ont lieu au mois de juillet, à une époque où les enfants qui sont en vacances aiment à jouer dans les champs et se promener dans la campagne. Est-ce éthique pour des viticulteurs de verser des produits chimiques qui ont, par ailleurs, tué ou rendu malades certains de leurs collègues ? 

Côté consommateurs, on nous dit souvent qu’il suffit de laver les fruits et légumes pour faire disparaître les traces de pesticides [8]. C’est mieux, c’est vrai. Mais lorsqu’un produit chimique est déversé, il tombe dans la terre dont la plante se nourrit. En toute logique, on le retrouve dans la plante, sa fleur et le fruit qu’elle porte. On pourra laver le fruit corrompu vingt fois, cela n’enlèvera pas les pesticides qu’il contient, surtout lorsque cela fait 40 ou 50 ans que la terre en question reçoit des pesticides ! 

On vous dira que même si l’on retrouve des pesticides dans nos produits frais, ce n’est pas grave parce que « notre seuil de tolérance n’est pas atteint ». 

D’abord, cette affirmation n’est pas justifiée. Par exemple, une enquête menée par la revue de l’UFC Que choisir [9] à partir des analyses d’échantillons de 92 bouteilles de vin français, montre des taux de pesticides jusqu’à 3 500 fois supérieurs à la potabilité de l’eau et la présence de produits interdits dans 20 % des vins 

Ensuite, on ne sait pas mesurer aujourd’hui l’effet cumulé des pesticides. On préfère regarder les taux, produit par produit. Mais c’est se voiler la face. Même s’il est plus difficile à évaluer, il faudra bien, à un moment donné, prendre en compte l’effet global des pesticides dans les produits alimentaires que nous mangeons tous les jours, trois fois par jour. 

Des pesticides dans les produits issus de l’agriculture biologique ?
L’enquête menée par la revue de l’UFC Que choisir n’épargne pas les vins bios qui contiennent eux aussi des traces de résidus de pesticides bien qu’en quantité plus faible que les autres vins. 

Et cela ne peut pas être une surprise. En France, l’agriculture biologique représente 5 % de l’agriculture totale (en nombre d’exploitation) [11]. Les terrains bios sont donc largement minoritaires et entourés de terrains non bios. Et le vent qui porte les pesticides ne s’arrête pas aux clôtures. 

Par ailleurs, il existe aussi des fraudes au label bio. En Chine, il est possible d’acheter le label. En Europe, la traçabilité des produits n’est pas toujours assurée, y compris dans le domaine des plantes médicinales où les méthodes d’agriculture biologiques devraient être obligatoires. 

Enfin, le label lui-même pose problème : il impose une méthode mais pas une qualité de produit. En achetant des produits labellisés AB, on sait qu’ils ont été produits selon des règles spécifiques mais il ne s’agit pas d’une garantie anti-pesticide absolue que les consommateurs, vu le prix qu’ils payent, devraient pouvoir exiger. 

Il n’y a pas mille remèdes à cette situation, nous devrions : 

Créer des régions ou départements sanctuaires de l’agriculture biologique, comme le Maine-et-Loire, par exemple, où la culture de plantes médicinales est importante. 

Effectuer des contrôles des productions : s’assurer avant leur emballage qu’ils ne contiennent ni pesticides, ni OGM. Cela représente un coût, certes, mais réparti sur une tonne de production, celui-ci resterait marginal. 

Favoriser le développement de l’agriculture biologique : plus il y aura de terres agricoles bio, moins la question des pesticides dans le bio se posera. 

Et vous, quelles sont vos idées pour améliorer l’agriculture biologique ? 

source Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

 

Écrit par "La Lumière - Vouloir c'est d'abord accepter"-Tous droits réservés-Toutes sources sont citées" dans Bien-être et Santé, Section BIO et Naturelle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : source institut pour la protection de la santé naturelle | | |

18/02/2014

Soutenons, Soutenons, Soutenons Emmanuel !!!! On croit rêver !!!!!

http://ipsn.eu/petition/viticulteur.php

 

 

 

     
     
 

 

En prison pour avoir refusé de polluer !

Chère amie, cher ami,

Emmanuel Giboulot, viticulteur bio dans le département de la Côte-d'Or, exploite depuis plus de quarante ans 10 hectares de vignes en agriculture biologique.

Le 24 février 2014, il passera devant le tribunal correctionnel pour avoir refusé de déverser un dangereux pesticide sur sa vigne. Il encourt jusqu'à 6 mois d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende.

Par solidarité avec lui, je vous demande de signer la déclaration de soutien située en bas de ce message.

Un insecticide qui détruit les abeilles

En juin dernier, pour contrer un risque hypothétique d'épidémie de flavescence dorée, une maladie de la vigne, le préfet de Côte-d'Or a pris un arrêté radical : tous les vignerons devront traiter leur vigne contre la cicadelle, l'insecte qui répand la maladie.

Le problème est que même l'insecticide le moins polluant contre la cicadelle tue les abeilles et la faune auxiliaire.

Il détruit toutes sortes d'insectes nécessaires à la régulation de la vigne pour éviter les parasites. Or, Emmanuel Giboulot travaille justement depuis plus de 40 ans à préserver les équilibres biologiques de sa vigne.

Il décide donc, fort logiquement, de lutter contre la cicadelle en choisissant parmi les nombreux traitements naturels bien connus des agriculteurs bio.

Le 30 juillet dernier, un inspecteur de la direction régionale de l'Agriculture arrive chez lui.

Il décide aussitôt de le signaler au procureur. Emmanuel Giboulot est mis en examen, comme un délinquant.

Traîné en correctionnelle !!

Emmanuel Giboulot est convoqué le 24 décembre pour un arrangement amiable avec le procureur, mais celui-ci annule au dernier moment.

Au lieu de classer l'affaire, le procureur décide de le renvoyer devant le tribunal correctionnel, avec un procès le 24 février prochain !

Emmanuel Giboulot sera donc jugé aux côtés de délinquants sexuels et de cambrioleurs endurcis, qui forment la population habituelle des audiences correctionnelles.

Le problème est que, en dehors de quelques réactions isolées, personne ne s'est exprimé publiquement pour défendre Emmanuel Giboulot.

Aucune réaction massive n'a eu lieu dans la population, jusqu'à présent.

L'IPSN avait créé une page de soutien sur Facebook pour Emmanuel Giboulot, qui a récolté plus de 35 000 soutiens. Mais, vu le contexte, la mobilisation doit aujourd'hui être infiniment plus forte et plus officielle.

Les alternatives naturelles sont efficaces !

En effet, contrairement à ce qu'affirment les autorités, il existe plusieurs moyens de protéger les vignes contre la cicadelle tout en respectant l'environnement :

  • les vignes peuvent être protégées avec des fougères et de l'argile calciné ;
  • des pièges à cicadelle existent, et ils sont efficaces (la cicadelle est attirée par la couleur orange) ;
  • on peut également poser entre les pieds de vigne de la paille d'avoine ou du papier d'aluminium, dont la forte intensité lumineuse empêche l'insecte de se poser. Des expériences ont montré que cette simple mesure est tout aussi efficace que l'insecticide ;
  • mais surtout, surtout, c'est en préservant la biodiversité qu'on lutte le mieux contre la cicadelle, car c'est un insecte apprécié par de nombreux prédateurs dans la nature. Le problème est que ces prédateurs, les araignées, la mante religieuse et certains types de punaises, ont aujourd'hui été éradiqués dans les vignes non biologiques, où la faune est ravagée par les insecticides.

Ces solutions ne devraient pas être combattues mais au contraire encouragées par les autorités.

Les agriculteurs qui les utilisent devraient être félicités et donnés en exemple, non pas soumis à la terreur d'une répression judiciaire.

C'est pourquoi je vous demande de signer la déclaration de soutien à Emmanuel Giboulot.

Signez la déclaration de soutien

Emmanuel Giboulot ne doit pas se rendre au tribunal abandonné de tous. Il doit savoir qu'il est soutenu par des centaines de milliers de personnes.

Oui, si vous signez la déclaration de soutien ci-dessous, et si vous passez ce message à tout votre carnet d'adresses, nous pouvons provoquer une vague de solidarité historique dans le pays.

Nous pouvons aussi changer l'issue de ce procès en rassemblant des centaines de milliers de signatures de soutien.

Car sans réaction massive de la population, ce viticulteur risque très probablement d’être condamné, pour l'exemple.

La plupart des agriculteurs qui verront cela se le tiendront pour dit. Ils comprendront qu'ils doivent obéir aveuglément aux injonctions des autorités, y compris si cela implique d'empoisonner leur propre terre et de décimer plus encore les abeilles et autres insectes pollinisateurs !!

Ne laissez pas se commettre une telle injustice, avec des conséquences aussi lourdes et contraires à l'intérêt de tous. Manifestons publiquement notre réprobation la plus totale contre les réglementations qui marchent à l'envers et qui nuisent autant à l'environnement qu'au bon sens.

L'Institut pour la Protection de la Santé Naturelle vous appelle donc solennellement à signer la déclaration officielle de soutien à Emmanuel Giboulot et à la faire signer par tout votre entourage.

Cela ne vous demandera qu'un instant, mais c'est un moyen concret d'empêcher qu'une grave injustice ne soit commise, doublée d'une grave atteinte à notre planète.

S'il vous plaît, ne fermez pas cet email pour l'envoyer aux oubliettes. Ce serait un énorme gâchis. Puisque vous avez investi du temps pour lire ce message jusqu'ici, faites un geste simple et signez la déclaration officielle de soutien à Emmanuel Giboulot.

Puis transmettez ce message à toutes vos connaissances.

Un grand merci,

Avec tout mon dévouement,

Augustin de Livois
Président de l'Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

Écrit par "La Lumière - Vouloir c'est d'abord accepter"-Tous droits réservés-Toutes sources sont citées" dans Bien-être et Santé, Infos diverses :-), Liens à visiter, Section BIO et Naturelle | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

31/07/2013

C'est impossible (parait-il !!!) et ils l'ont fait !!!!!!

Face à un système qui confisque le droit des peuples à se nourrir par eux-mêmes, cultiver son jardin est un acte politique, de légitime et pacifique résistance.

- Pierre Rabhi -  

 

Avare!!! HARO SUR L'INDUSTRIE qui ne voit qu'en DOLLARS berk berk berk !!!Avare

 

!!!! Merci GILBERT ET JOSINE CARDON !!!!

! L'EMOTION EST DE MISE !

!!!! RESPECT - RESPECT - RESPECT !!!!

 

http://www.bruxellesprouts.com/paradis-en-plein-coeur-de-...

http://www.gouteraujardin.be/localisation-des-jardins/fra...

 

http://www.foretscomestibles.com/

Écrit par "La Lumière - Vouloir c'est d'abord accepter"-Tous droits réservés-Toutes sources sont citées" dans Amour, Bien-être et Santé, Endroits à découvrir, Infos diverses :-), Liens à visiter, Livres et Philosophies de vie à découvrir, Section BIO et Naturelle | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

08/05/2013

L'alimentation vive ! Belle initiative :-)

Pourquoi se nourrir mal quand on peut se nourrir bien ?

Punchfood a trouvé le concept ! L'essayer c'est l'adopter....et pour le bien de tous..... les petits, les grands, les jeunes, les moins jeunes et pour notre chère Planète Terre.

 

 

http://www.punchfood.be/home.html

 

 

http://www.polgregoire.org/LAlimentation_Vive/Accueil.html

 

Écrit par "La Lumière - Vouloir c'est d'abord accepter"-Tous droits réservés-Toutes sources sont citées" dans Bien-être et Santé, Infos diverses :-), Liens à visiter, Section BIO et Naturelle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : source : bio info | | |

28/04/2013

Nuggets de Poulets maison




Vous aimez les nuggets au poulet !

Vous avez raison mais faites les "Maison".


Si vous saviez comment sont fabriqués ceux du commerce, vous seriez "effarés"...pauvres de nous et pauvres poulets !

http://www.5minutesatuer.com/culture/fabrication-chicken-...

http://blogs.lexpress.fr/styles/la-soif-du-miam/2010/10/0...

Après avoir visionné ces vidéos, je parie que vous changerez d'avis sur la nourriture industrielle (si ce n'est déjà fait, ce que je vous souhaite. Arrêtons d'enrichir ceux qui nous empoisonnent, volontairement en plus.), quelle qu'elle soit d'ailleurs.....donc vite à vos mimines pour vous préparer de délicieux nuggets maison !

Voici donc une petite recette toute simple et savoureuse

 

Il vous faut : "tous les ingrédients sont possibles en bio"

 

Escalopes de poulet

Lait

Sel Poivre et/ou épices pour poulet

Farine

Oeufs 

Chapelure ou Corn flakes bien émiéttés ce qui donne un côté plus croustillant (émiéttez les dans un sac de congélation par exemple)

 

Couper vos escalopes en dés.

Dans un plat hermétique, recouvrez les avec du lait et laissez les tremper toute la nuit au réfrigérateur  ! PAS OBLIGATOIRE MAIS DONNE UN MOELLEUX SUPPLEMENTAIRE AU POULET !

Ensuite, une fois la nuit passée Clin d'œil égoutez les dés, assaisonnez les comme vous le souhaitez. (rien ne vous empêche de mixer légérement le poulet en y introduisant ce que vous aimez (oignons, ail, herbes fraîches)

Passez les dans la farine, dans les oeufs battus en omelette et terminez par la chapelure/ou Corn flakes émiéttés

Prenez un plat Pyrex légérement huilé et disposez vos nuggets sans qu'ils se touchent.

A 180° environ 15 à 20 minutes (à voir avec votre four). Retournez les en milieu de cuisson pour qu'ils soient bien dorés partout.

 

BON APPETIT 

 

 

Écrit par "La Lumière - Vouloir c'est d'abord accepter"-Tous droits réservés-Toutes sources sont citées" dans Bien-être et Santé, Infos diverses :-), Liens à visiter, Section BIO et Naturelle | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

10/04/2013

Le grand ménage..par Raffa :-)--Lancez-vous !

http://raffa.grandmenage.info/post/2006/04/24/Sommaire___...

 

Écrit par "La Lumière - Vouloir c'est d'abord accepter"-Tous droits réservés-Toutes sources sont citées" dans Bien-être et Santé, Infos diverses :-), Liens à visiter, Livres et Philosophies de vie à découvrir, Section BIO et Naturelle | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

15/02/2013

Il y a Bio et Bio !

 

 

http://www.bastamag.net/article2810.html

Article très éclairant sur ce que nous devons savoir si nous privilégions le Bio. Ne tombons pas dans le piège que les filières industrielles nous tend.....et cela au détriment du VRAI BIO ! Soyons vigilants et gardons nous bien d'enrichir ces industries  qui nous mentent et qui nous polluent et qui polluent la planète :-) Voyez plutôt les fameuses lasagnes au "cheval" et cela n'est que la pointe de l'iceberg ! REVEILLONS-NOUS !



Cela demande plus d'énergie, que de se déplacer un peu plus loin pour trouver le bon produit Bio.

Cela demande d'investir un peu plus de son temps et de son argent mais en retour, notre santé et la santé de la planète n'a pas de prix...ou en tout cas, mérite bien que l'on se pose la question ? A savoir, quelles sont mes priorités ? Est-il vraiment nécessaire que j'achète ceci ou cela ? Ne vaut-il pas mieux se contenter du moins mais du mieux ?

A bon entendeur !

http://www.bastamag.net/article2810.html


http://www.biobreizh.org/

http://www.demeter.fr/

http://www.biocoherence.fr/


Écrit par "La Lumière - Vouloir c'est d'abord accepter"-Tous droits réservés-Toutes sources sont citées" dans Bien-être et Santé, Infos diverses :-), Liens à visiter, Section BIO et Naturelle | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

12/02/2013

Le foie, un organe clé !




Certains organes ont plus d'influence que d'autres sur notre bien-être général. Mais réalisons-nous à quel point le foie joue un rôle fondamental pour notre organisme ? Par ses fonctions de synthèse, de transformation, de stockage...il assure un équilibre et une stabilité interne et ce, malgré les influences et les changements de l'environnement externe. Grâce à ses multiples fonctions (près de 500), le foie joue un rôle des plus importants pour notre santé ce qui fait de lui, la véritable usine du corps.

CARTE D'IDENTITE DU FOIE

 

C'est un des organes les plus lourds du corps (il pèse environ 1,5kg). Il se situe dans la partie supérieure droite de l'abdomen et ressemble à un triangle de couleur rouge-brun qui traduit sa vascularisation importante et une irrigation sanguine permanente. En effet, chaque minute, c'est 1,4 litre de sang provenant de la circulation générale ou des intestins qui traverse le foie. Ce qui lui permet d'exercer l'une de ses principales fonctions : la détoxification du sang, c'est-à-dire la transformation (ou métabolisation) des substances nocives ou toxiques suivie de leur élimination.

L'alcool, les médicaments, certaines toxines, des déchets issus de fermentation, mais aussi le cholestérol passent inévitablement par le foie....Et toutes ces substances y sont en quelque sorte transformées (ou métabolisées) pour être ensuite évacuées par les reins ou l'intestin.

UN TRAVAIL D'EQUIPE

Le foie ne travaille donc pas tout seul ! Il entretient même des rapports étroits avec certains organes comme notamment les intestins et la vésicule biliaire. Cette petite poche de quelques centimètres située sous le foie fait, en effet, office de réservoir pour la bile que le foie produit en permanence. Aussi, au moment de la digestion , lorsque le bol alimentaire arrive dans la première partie de l'intestion, la vésicule biliaire se contracte et libère dans l'intestin la bile, un liquide qui permet d'émulsionner les graisses et d'en faciliter la digestion.

Le lien étroit qui unit le foie aux intestins explique donc assez facilement les lourdeurs digestives que l'on peut connaître quand le foie n'est pas au top de sa forme ! Et quand il doit gérer des quantités trop importantes de déchets (alcool, médicaments, graisse...), il arrive que ces capacités soient dépassées ! C'est pourquoi, dans de telles circonstances, il est important d'aider le foie à éliminer les déchets.

UN VERITABLE COUTEAU SUISSE

Le rôle du foie ne s'arrête bien sûr pas là ! Il intervient par exemple aussi dans la synthèse de protéines très importantes comme les facteurs de coagulation (qui jouent un rôle clé dans l'arrêt des saignements), l'albumine ou certaines protéines utiles au système immunitaire. C'est encore lui qui assure la production du cholestérol au sein de l'organisme (cholestérol endogène), l'alimentation constituant une source cholestérol exogène. Et ce cholestérol hépatique a toute son importance puisqu'il est impliqué à de nombreux niveaux : constitution des membranes cellulaires, synthèse de certaines hormones comme les oestrogènes, la testostérone, etc...


Autre mission importante, le foie exerce aussi une fonction de régulation du carburant indispensable à l'organisme et contribue au maintien du niveau d'énergie tout au long de la journée. Ainsi, au moment d'un repas, lorsque du glucose est apporté au corps en quantité plus ou moins importante et potentiellement supérieure aux besoins, le foie en profite pour stocker ce carburant excédentaire sous forme de glycogène. Une fois décomposé, ce glycogène est ensuite capable de relibérer du glucose immédiatement disponible.

Enfin, le foie assure aussi le stockage de certaines vitamines (A,B,D,K) et sels minéraux comme le fer ou le cuivre qu'il libère dans le sang en cas de besoin.

On comprend dès lors à quel point il est important de prendre soin de son foie ! Et qui oserait prétendre ne jamais avoir subi les conséquences désagréables d'un repas trop copieux ou trop arrosé ? Engorgé, il n'est plus capable d'assurer un rendement optimal.

AUTANT DE SIGNES D'UN EVENTUEL ENGORGEMENT

Digestion lente et difficile, lourdeurs, nausées après les repas, dégoût pour les aliments trop gras, ballonnements, bouche pâteuse et haleine fétide, peau terne, teint jaunâtre ou brouillé sont autant de signes qui peuvent témoignier d'un engorgement du foie.


POUR UNE FONCTION OPTIMALE AU QUOTIDIEN

Pour préserver les performances de cet organe indispensable et anticiper toute rébellion ou perte de vitalité, il est clair qu'il faut veiller à avoir une bonne hygiène de vie. Retenons que le foie n'apprécie pas les abus et que ses ennemis les plus redoutables sont sans aucun doute : l'alcool, les excès de sucres rapides, de viandes et de graisses, etc..mais aussi les médicaments qui, pour la plupart, sont potentiellement hépatotoxiques.

En revanche, il est clair que le foie aime les fruits et les légumes frais et surtout ceux qui ont une saveur amère comme l'endive, le pissenlit, l'artichaut, le cresson, l'orange, le citron...Enfin, ajoutons que la pratique d'une activité sportive, la relaxation et le repos permettent de mieux contrôler le stress passager et la fatigue, également néfastes au bon fonctionnement du système hépatobiliaire !

LA NATURE PEUT SOUTENIR VOTRE FOIE

Un certain nombre de plantes sont connues et reconnues depuis bien longtemps pour les bienfaits qu'elles exercent sur la fonction hépatique. Aussi, ce que ce soit pour surmonter quelques difficultés passagères ou pour assurer le maintien à long terme d'une bonne fonction, on peut se tourner en toute confiance vers des plantes traditionnelles dont l'usage et l'efficacité sont appuyés par des études scientifiques. Rappelons-nous cependant que les parties des plantes et les dosages auxquels elles sont proposées sont d'une importance capitale. Il est donc indispensable d'étudier de près la composition des produits vers lesquels on se tourne !

Les racines, feuilles, fruits ou graines ne sont pas tous identiquement chargés en principes actifs au sein d'une même plante, encore moins au sein de plantes différentes. Ils ne peuvent donc pas être choisis indifférement.

Le dosage doit être adéquat, sûr et efficace pour produire un effet positif.

ARTICHAUT ou Cynara scolymus

La partie la plus intéressante est la grande feuille dentée qui garnit la tige parce qu'elle renferme les substances actives (principalement la cynarine). Ce n'est donc pas celle que nous avons coutume de manger ! Grâce à ces substances, l'artichaut peut agir sur le foie en stimulant l'évacuation des toxines. Par son action cholérétique et cholagogue combinée à son pouvoir diurétique, l'artichaut constitue un dépuratif idéal.

PISSENLIT ou Taraxacum Officinale

C'est surtout la racine qui présente un intérêt car elle a le pouvoir de stimuler les fonctions du foie et d'autres glandes digestives. Cette plante est également connue pour sa capacité à doubler, tripler voire quadrupler la quantité de bile produite en une demi-heure tout en augmentant de la vésicule biliaire. Elle est donc tout à fait favorable à l'ensemble des processus digestifs et au maintient d'un transit régulier. Le pissenlit est donc un bon stimulateur de la fonction hépatodigestive.

CHARDON-MARIE ou Silybum marianum

Les Grecs l'utilisaient déjà pour soutenir la fonction hépatique et digestive. Aujourd'hui, on sait que c'est grâce à la silymarine qu'il contient (substance active présente dans les graines) que le chardon-Marie exerce une action tonifiante sur le foie. Elle permet aussi au foie de se protéger des effets nocifs de certaines toxines naturelles ou synthétiques. Ce qui explique pourquoi on utilise également cette substance en cas d'ingestion de champignons toxiques telle que l'amanite phalloïde. Le chardon-Marie serait aussi capable de prévenir des désagréments causés au foie par certains médicaments. Le chardon-Marie est donc un excellent hépatoprotecteur.

MELON ou Cucumis  melo

Cette variété de melon également appelée "cantaloup" se caractérise par une durée de vie trois fois plus élevée que les variéts habituellement consommées, ceci grâce à sa teneur élevée en SOD. Outre cette dernière, le melon renferme également des quantités appréciables d'autres substances antioxydantes telles que la catalase, le béta-carotène, la vitamine C.


 

http://www.ortis.be/fr/



Écrit par "La Lumière - Vouloir c'est d'abord accepter"-Tous droits réservés-Toutes sources sont citées" dans Bien-être et Santé, Infos diverses :-), Section BIO et Naturelle, Soins parallèles | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : source : ortis laboraboires | | |