12/02/2013

Le foie, un organe clé !




Certains organes ont plus d'influence que d'autres sur notre bien-être général. Mais réalisons-nous à quel point le foie joue un rôle fondamental pour notre organisme ? Par ses fonctions de synthèse, de transformation, de stockage...il assure un équilibre et une stabilité interne et ce, malgré les influences et les changements de l'environnement externe. Grâce à ses multiples fonctions (près de 500), le foie joue un rôle des plus importants pour notre santé ce qui fait de lui, la véritable usine du corps.

CARTE D'IDENTITE DU FOIE

 

C'est un des organes les plus lourds du corps (il pèse environ 1,5kg). Il se situe dans la partie supérieure droite de l'abdomen et ressemble à un triangle de couleur rouge-brun qui traduit sa vascularisation importante et une irrigation sanguine permanente. En effet, chaque minute, c'est 1,4 litre de sang provenant de la circulation générale ou des intestins qui traverse le foie. Ce qui lui permet d'exercer l'une de ses principales fonctions : la détoxification du sang, c'est-à-dire la transformation (ou métabolisation) des substances nocives ou toxiques suivie de leur élimination.

L'alcool, les médicaments, certaines toxines, des déchets issus de fermentation, mais aussi le cholestérol passent inévitablement par le foie....Et toutes ces substances y sont en quelque sorte transformées (ou métabolisées) pour être ensuite évacuées par les reins ou l'intestin.

UN TRAVAIL D'EQUIPE

Le foie ne travaille donc pas tout seul ! Il entretient même des rapports étroits avec certains organes comme notamment les intestins et la vésicule biliaire. Cette petite poche de quelques centimètres située sous le foie fait, en effet, office de réservoir pour la bile que le foie produit en permanence. Aussi, au moment de la digestion , lorsque le bol alimentaire arrive dans la première partie de l'intestion, la vésicule biliaire se contracte et libère dans l'intestin la bile, un liquide qui permet d'émulsionner les graisses et d'en faciliter la digestion.

Le lien étroit qui unit le foie aux intestins explique donc assez facilement les lourdeurs digestives que l'on peut connaître quand le foie n'est pas au top de sa forme ! Et quand il doit gérer des quantités trop importantes de déchets (alcool, médicaments, graisse...), il arrive que ces capacités soient dépassées ! C'est pourquoi, dans de telles circonstances, il est important d'aider le foie à éliminer les déchets.

UN VERITABLE COUTEAU SUISSE

Le rôle du foie ne s'arrête bien sûr pas là ! Il intervient par exemple aussi dans la synthèse de protéines très importantes comme les facteurs de coagulation (qui jouent un rôle clé dans l'arrêt des saignements), l'albumine ou certaines protéines utiles au système immunitaire. C'est encore lui qui assure la production du cholestérol au sein de l'organisme (cholestérol endogène), l'alimentation constituant une source cholestérol exogène. Et ce cholestérol hépatique a toute son importance puisqu'il est impliqué à de nombreux niveaux : constitution des membranes cellulaires, synthèse de certaines hormones comme les oestrogènes, la testostérone, etc...


Autre mission importante, le foie exerce aussi une fonction de régulation du carburant indispensable à l'organisme et contribue au maintien du niveau d'énergie tout au long de la journée. Ainsi, au moment d'un repas, lorsque du glucose est apporté au corps en quantité plus ou moins importante et potentiellement supérieure aux besoins, le foie en profite pour stocker ce carburant excédentaire sous forme de glycogène. Une fois décomposé, ce glycogène est ensuite capable de relibérer du glucose immédiatement disponible.

Enfin, le foie assure aussi le stockage de certaines vitamines (A,B,D,K) et sels minéraux comme le fer ou le cuivre qu'il libère dans le sang en cas de besoin.

On comprend dès lors à quel point il est important de prendre soin de son foie ! Et qui oserait prétendre ne jamais avoir subi les conséquences désagréables d'un repas trop copieux ou trop arrosé ? Engorgé, il n'est plus capable d'assurer un rendement optimal.

AUTANT DE SIGNES D'UN EVENTUEL ENGORGEMENT

Digestion lente et difficile, lourdeurs, nausées après les repas, dégoût pour les aliments trop gras, ballonnements, bouche pâteuse et haleine fétide, peau terne, teint jaunâtre ou brouillé sont autant de signes qui peuvent témoignier d'un engorgement du foie.


POUR UNE FONCTION OPTIMALE AU QUOTIDIEN

Pour préserver les performances de cet organe indispensable et anticiper toute rébellion ou perte de vitalité, il est clair qu'il faut veiller à avoir une bonne hygiène de vie. Retenons que le foie n'apprécie pas les abus et que ses ennemis les plus redoutables sont sans aucun doute : l'alcool, les excès de sucres rapides, de viandes et de graisses, etc..mais aussi les médicaments qui, pour la plupart, sont potentiellement hépatotoxiques.

En revanche, il est clair que le foie aime les fruits et les légumes frais et surtout ceux qui ont une saveur amère comme l'endive, le pissenlit, l'artichaut, le cresson, l'orange, le citron...Enfin, ajoutons que la pratique d'une activité sportive, la relaxation et le repos permettent de mieux contrôler le stress passager et la fatigue, également néfastes au bon fonctionnement du système hépatobiliaire !

LA NATURE PEUT SOUTENIR VOTRE FOIE

Un certain nombre de plantes sont connues et reconnues depuis bien longtemps pour les bienfaits qu'elles exercent sur la fonction hépatique. Aussi, ce que ce soit pour surmonter quelques difficultés passagères ou pour assurer le maintien à long terme d'une bonne fonction, on peut se tourner en toute confiance vers des plantes traditionnelles dont l'usage et l'efficacité sont appuyés par des études scientifiques. Rappelons-nous cependant que les parties des plantes et les dosages auxquels elles sont proposées sont d'une importance capitale. Il est donc indispensable d'étudier de près la composition des produits vers lesquels on se tourne !

Les racines, feuilles, fruits ou graines ne sont pas tous identiquement chargés en principes actifs au sein d'une même plante, encore moins au sein de plantes différentes. Ils ne peuvent donc pas être choisis indifférement.

Le dosage doit être adéquat, sûr et efficace pour produire un effet positif.

ARTICHAUT ou Cynara scolymus

La partie la plus intéressante est la grande feuille dentée qui garnit la tige parce qu'elle renferme les substances actives (principalement la cynarine). Ce n'est donc pas celle que nous avons coutume de manger ! Grâce à ces substances, l'artichaut peut agir sur le foie en stimulant l'évacuation des toxines. Par son action cholérétique et cholagogue combinée à son pouvoir diurétique, l'artichaut constitue un dépuratif idéal.

PISSENLIT ou Taraxacum Officinale

C'est surtout la racine qui présente un intérêt car elle a le pouvoir de stimuler les fonctions du foie et d'autres glandes digestives. Cette plante est également connue pour sa capacité à doubler, tripler voire quadrupler la quantité de bile produite en une demi-heure tout en augmentant de la vésicule biliaire. Elle est donc tout à fait favorable à l'ensemble des processus digestifs et au maintient d'un transit régulier. Le pissenlit est donc un bon stimulateur de la fonction hépatodigestive.

CHARDON-MARIE ou Silybum marianum

Les Grecs l'utilisaient déjà pour soutenir la fonction hépatique et digestive. Aujourd'hui, on sait que c'est grâce à la silymarine qu'il contient (substance active présente dans les graines) que le chardon-Marie exerce une action tonifiante sur le foie. Elle permet aussi au foie de se protéger des effets nocifs de certaines toxines naturelles ou synthétiques. Ce qui explique pourquoi on utilise également cette substance en cas d'ingestion de champignons toxiques telle que l'amanite phalloïde. Le chardon-Marie serait aussi capable de prévenir des désagréments causés au foie par certains médicaments. Le chardon-Marie est donc un excellent hépatoprotecteur.

MELON ou Cucumis  melo

Cette variété de melon également appelée "cantaloup" se caractérise par une durée de vie trois fois plus élevée que les variéts habituellement consommées, ceci grâce à sa teneur élevée en SOD. Outre cette dernière, le melon renferme également des quantités appréciables d'autres substances antioxydantes telles que la catalase, le béta-carotène, la vitamine C.


 

http://www.ortis.be/fr/



Écrit par "La Lumière - Vouloir c'est d'abord accepter"-Tous droits réservés-Toutes sources sont citées" dans Bien-être et Santé, Infos diverses :-), Section BIO et Naturelle, Soins parallèles | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : source : ortis laboraboires | | |

Les commentaires sont fermés.